Avinaash I. Munohur

Fondateur

Avinaash I. Munohur est doctorant-chercheur en Philosophie Politique à l’école doctorale « Économies, Espaces, Sociétés, Civilisations : Pensée politique, critique et pratiques sociales » de  l’Université Paris 7 Diderot. Il est également chercheur au Laboratoire de recherches sur le Changement Social et Politique (LCSP). Il a obtenu son Master en Philosophie, avec spécialisation « Critique Contemporaine de la Culture », à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Sa thèse doctorale s’intitule Colonialisme, Capitalisme, Multiculturalisme : le pouvoir à l’Ile Maurice. Il a publié des articles scientifiques dans des revues internationales, participé à des conférences internationales et contribue régulièrement au Forum du Lecteur du quotidien Le Mauricien.

Son travail de recherche porte sur les enjeux contemporains de la citoyenneté,  de la postcolonialité, de la gouvernementalité, de la globalisation, de la culture et du multiculturalisme. 

Marie Cuillerai

Marie Cuillerai est Professeure des Universités et enseigne la philosophie à l’UFR de Sciences Sociales, de l’Université Paris 7 Diderot. Elle est également chercheuse au Laboratoire de recherches sur le Changement Social et Politique (LCSP).

Elle conduit une recherche critique des théories de l’économie politique, de son histoire, et des pratiques économiques de l’émancipation. L’échange dans ses dimensions philosophiques, anthropologiques et économiques, ainsi que le rôle des institutions de régulation de la globalisation se trouvent au centre de sa réflexion. En dialogue avec la Théorie de la Régulation, en particulier la théorie institutionnelle de la monnaie et la philosophie française contemporaine, elle a étudié le capitalisme globalisé, hautement financiarisé, et sa prétention démocratique fondée sur les principes de la gouvernance et de la transparence. Ses questionnements portent sur les formes de pouvoir recouvertes par cette gouvernementalité en faisant l’hypothèse que l’exigence éthique revendiquée, quand bien même elle dissimule des rapports de force, n’offre pas des points de résistance univoques. Elle fait valoir que communauté et communs offrent un contrepoint critique, immanent aux pratiques  actuelles de gouvernementalité, tant du côté des subjectivations de résistance que du côté de la police des dynamiques de reproduction du capitalisme.

Parmi ses nombreuses publications figurent notamment :

- Communauté monétaire. Prolégomènes à une philosophie de l’argent, L’Harmattan, 2000.
- De l’argent faisons table rase, Éditions Chatelet Voltaire, 2011
- Spéculation, éthique, confiance. Essais sur le capitalisme vertueux, Payot 2009 (réédition 2013)
- Politiques de la monnaie, Implications Philosophiques, Dossier Deleuze, mai 2016.

Agostina Weler

Agostina Weler est traductrice et doctorante en Philosophie à l’école doctorale Pratiques et Théories du Sens (Laboratoire d'études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie) à l’Université Paris 8 et en Sciences sociales à l’Université de Buenos Aires. Elle est membre de l’équipe de recherche du projet PICT « La dialéctica de la modernidad en Walter Benjamin: entre el mito y la potencia crítica de la nueva Ilustración » à l’Institut Gino Germani à Buenos Aires.

Elle travaille dans le domaine de la philosophie du langage, en particulier de la philosophie de la traduction au XXe siècle, notamment chez Walter Benjamin, Jacques Derrida et Édouard Glissant. Parmi ces publications on retrouve Lenguas de América y Europa, Lenguas y vitalidad (2 vol.)  et « Qu’est-ce que la traduction ? Sur trois traductions de « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin ».

 

Frédéric Rambeau

Frédéric Rambeau, agrégé et docteur en philosophie, est Maître de Conférences à l’Université Paris 8 Vincennes/Saint-Denis. Il est également chercheur au Laboratoire de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP).

Sa recherche porte sur les théories de la subjectivation dans la philosophie française contemporaine

Il est l’auteur de Les secondes vies du sujet (Deleuze, Foucault, Lacan), Hermann, 2016, Droit de mort et pouvoir sur la vie, Gallimard, 2006 ; ainsi que de nombreux articles.

Javier Aguero

Philosophe et Sociologue. Javier Aguero a obtenu son Master en Philosophie Politique à l’Université du Chili et son Doctorat de Philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Ses axes de recherche sont centrés autour de la philosophie française contemporaine et la psychanalyse, notamment leurs traductions et leurs transpositions dans les mondes chiliens et latino-américains. Il vient de publier deux livres en France et au Chili : « Les Silences du Pardon : Archives, Deuils et Héritages dans la Transition Chilienne » (L’Harmattan, France) ; et « Jacques Derrida : envios pendientes. (Im)posibilidades de la democracia » (Cenaltes, Chili).

 

Javier Aguero a également effectué un important travail de traduction qui a rendu possible la diffusion d’auteurs contemporains importants en Amérique Latine. Parmi ses traductions récentes, les plus importants sont : « Pardonner. L’impardonnable et l’Imprescriptible » de Jacques Derrida (LOM, Chili) et « La Culture de la Peur 1 : Démocratie, Identité, Sécurité » de Marc Crépon (LOM, Chili).

 

Javier Aguero est actuellement professeur de philosophie à l’Université du Chili ainsi que conférencier en France, en Argentine, en Pologne et en Espagne. Il publie régulièrement sur le thème du pardon, de la mémoire, de l’histoire, de la violence et de la démocratie au Chili, ainsi que dans de multiples revues académiques internationales.

Jean-Jacques Cadet

Ancien étudiant de l’Ecole Normale Supérieur (Haïti), Jean-Jacques Cadet est doctorant en philosophie à l’Université Paris 8. Il est également chercheur au Laboratoire de recherche sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP).

Il collabore régulièrement à l’Humanité, au Monde Diplomatique et à Haïti Liberté. Il s’intéresse à la philosophie sociale, à la critique des études postcoloniales et à la pensée marxiste qu’il travaille depuis des années.

Il est membre de l’équipe de recherche du séminaire mensuel « Dialogues Philosophiques » qui se tient à la Maison de l’Amérique Latine. Il a déjà publié : Le marxisme en Haïti, revue Contretemps, 3 septembre 2015. Le nationalisme de classe chez Jacques Roumain, transition vers le marxisme, dans Le Devoir d’Insoumission, sous la direction de Roberson Edouard et Fritz Calixte, Presses de l’Université Laval, 2016, Canada. Travail aliéné chez Karl Marx, Hall université Paris8, 29 mai 2017.

Marc Abélès

Marc Abélès est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris. Il y occupe la chaire « Anthropologie des Institutions ». Il a créé, en 1995, le Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (LAIOS) qu’il a dirigé  jusqu’en 2010. Il a également dirigé l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) de l’EHESS, entre 2010 et 2012.

 Il a soutenu sa thèse doctorale sous la direction de Claude Lévi-Strauss, et ses recherches portent notamment sur les institutions d’État et la mondialisation.

 Parmi ses nombreuses publications figurent notamment :

 -       « Un ethnologue à l’Assemblée », Odile Jacob, 2001

-       « L’échec en politique », CIRCE, 2005

-       « Le spectacle du pouvoir », L’Herne, 2007

-       « Anthropologie de la globalisation », Bibliothèque Payot, 2012

-       « Penser au-delà de l’État », Belin, 2014.

Dr Hans Seesaghur

Hans Seesaghur is a skilled professional adept at managing projects for the well-being of the community around himself. He brings a combination of knowledge gained at Wuhan University, a prestigious university in China, as well as experience gained at the European Union Chamber of Commerce in China and the United Nations Office at Geneva, Switzerland. Also, he was recently selected to take part in the YALI Regional Leadership programme. He is currently the Political Affairs Assistant with the Embassy of the Republic of China in the Republic of Mauritius.

He believes that his previous experiences with such organisations were invaluable in increasing his awareness of entrepreneurial and leadership skills.He believes that proper leadership is the crucial element of success for an organisation, where people drive the forces of action and impacts. 

Throughout his time outside the African diaspora, he realised that developing knowledge, confidence, skills, and self-image are necessary to pursue entrepreneurial ventures in domains such as public service, government and business. 

He is Mauritian national, fluent in Mandarin with a PhD in Public Administration, over five years’ business experience in China, and extensive travelling experience throughout the world during the last decade. He aims to combine all these skills to find suitable solutions that can befit the African continent, thereby leading the continent to a new era.

David Vine

David Vine is Associate Professor of Anthropology at American University in Washington, DC.

David is the author of Island of Shame: The Secret History of the U.S. Military Base on Diego Garcia (Princeton University Press, 2009) and Base Nation: How U.S. Military Bases Abroad Harm America and the World (Henry Holt, 2015). He has also written for The New York Times, Washington Post, and Mother Jones, among others. 

To learn more, visit: www.basenation.us and www.davidvine.net.

Roshni Mooneeram

Associate Professor Roshni Mooneeram is the Global Research consultant for Africa for the University of Nottingham. She also works as an independent consultant in research and policy, and in talent development for Accenture. She has completed the report ‘Encouraging Women’s Participation in the Economy’ for the NPCC in Mauritius. She is a writer and international speaker. She is also a consultant on the Language, Gender and Leadership Network in East Africa. This network is an innovative initiative, bringing together academics, NGOs, charities, human rights groups  and other organisations, and is designed to enable more women and girls to enter leadership positions in their societies. This project is funded by the AHRC, UK.